Les packagings et l’écologie

Les packagings et l’écologie

Manger l’emballage de nos produits, c’est assez peu commun. C’est une idée en plein essor qui mêle des enjeux environnementaux et sociologiques. On décrypte pour vous ce phénomène.

Déjà quelques idées de packaging comestibles

Le concept qui consiste à TOUT manger sans même laisser une miette (emballage compris) a déjà commencé à germer depuis quelques temps. En effet, un peu partout dans le monde, on peut trouver des emballages peu communs.

  •  Au Brésil, les fast-foods Bob’s Burger ont proposé dans le cadre du tournage d’une pub de manger leurs hamburgers avec l’emballage comestible soutenant comme positionnement marketing « leurs hamburgers sont tellement bons qu’on n’a pas le temps d’enlever le papier pour le manger ».

Hamburger-emballage-mangeable

  • - La chaine américaine « KFC » veut lancer très prochainement une tasse composée d’un biscuit nappé d’un papier de sucre, la résistance du récipient est assurée par un nappage de chocolat blanc… hmmm.. on a hâte de le dévorer !

emballage-comestible-ingenieux

  •  En Angleterre, on envisage même de remplacer les bouteilles d’eau plastique par des bulles mangeables où l’eau serait contenue.

bulle-eau-mangeable-changement

Une tendance renforcée par une invention : le Wikipearl

Plus récemment, une nouvelle création appelée « Wikipearl » vient appuyer cette tendance. Le Wikipearl, est en fait un emballage comestible mis au point par David Edwards et Ken Snelson, il est composé de particules alimentaires.

Schématiquement la composition du Wikipearl : Wikipearl-explication-schema

Tout d’abord fasciné par l’emballage de la nature sur la vie, les deux biologistes conçoivent alors le Wikipearl de la même manière que la peau d’un raisin protège le fruit à l’intérieur comme le précise David Edwards, l’un des inventeurs.

Une démarche écologique

Comme il est précisé dans ce mini reportage, l’aspect écologique du produit est primordial, en élaborant un emballage qui finalement n’en est plus vraiment un puisqu’il « fusionne » avec le produit. David Edwards espère se rapprocher d’un monde plus propre sans emballage plastique. L’enjeu est de taille, il ne faut pas oublier que c’est près de 354 kg de déchets produit par habitant en France en une année.. Ce constat est alarmant surtout lorsque l’on sait que la production mondiale de déchet augmente de 1% par an (source ADME). La question environnementale s’ancre parfaitement dans une société menacée par le réchauffement climatique. Chez Graphicstyle, on apprécie l’ingéniosité du produit et la démarche engagée. Nous pensons qu’il est maintenant indispensable de jouer sur des dynamiques modernes. Les Wikipearls permettent de réduire les emballages de types plastiques qui, s’ils sont jetés dans la nature, mettent entre 100 à 500 ans pour se dégrader complètement.

Comme son inventeur le souligne, en plus de répondre à des préoccupations environnementales, son invention permet d’éliminer tous les risques liés à l’utilisation du plastique (bisphénol A par exemple) et donc de proposer des produits de qualités, dans une vision futuriste soucieuse de la qualité, on est séduits par ce concept si particulier qui participe à la préservation de notre environnement.

Plus généralement, l’engouement pour le « no packaging » ou le packaging mangeable est une démarche orientée vers le même objectif : Réduire les émissions de CO2 et participer à une évolution plus écologique du monde. Cette tendance joue bien évidemment sur les préoccupations actuelles quant à la pollution, au réchauffement climatique… C’est pourquoi il est intéressant de s’y confronter et de, « marketingement parlant », d’associer ces produits à la connotation biologique qui certifie la qualité et prône un souci environnemental.

Chez Graphicstyle, on soutient ce genre d’initiative engagée, mettre la science au service du futur est important et au vue de ces innovations, on se pose la question : Est-ce que dans une centaine d’années, nos produits auront toujours un packaging ? Certainement que oui car il est vrai que le temps est nécessaire pour changer les habitudes de consommations de la population. En effet, psychologiquement manger l’emballage peut-être un vrai barrage dans l’esprit du consommateur, surtout qu’il a déjà une vision de l’emballage déjà bien formatée. Toutefois, à travers une meilleure sensibilisation aux problèmes environnementaux, de telles inventions vont sûrement fleurir et se développer réduisant de plus en plus les traditionnels produits emballés dans du plastique. Toutefois, nous restons dubitatifs quant à l’hygiène de ces packagings comestibles. En effet, l’emballage classique n’est certes, pas écologique mais il permet de protéger des aliments. Comment pouvons-nous nous assurer de la bonne hygiène de ces produits puisque l’on mange aussi leurs emballages qui ont pourtant été transporté et manipulé ?

Bio : un coup de marketing ?

Sans pesticide, les produits sont moins dangereux pour la santé de la population. Très contrôlée, cette mention assure une réelle qualité des produits ainsi qu’un intérêt concret pour la préservation de l’environnement en polluant moins les nappes phréatiques.

Soyons réalistes, en dehors du bénéfice apporté à l’environnement, sous le terme « bio » se cache souvent de la part des grandes marques une stratégie marketing plutôt bien ficelée. Depuis la crise de 2009, le comportement des consommateurs a changé, ils privilégient maintenant la qualité de leur produit. Accentué par des scandales alimentaires pour n’en citer qu’un : La viande de cheval dans les lasagnes Findus… Les consommateurs se tournent vers un gage de qualité que le bio certifie en plus d’un intérêt certain pour l’environnement. Les entreprises, conscientes de cette tendance, investissement le secteur. Argument marketing vendeur, il est utilisé et surutilisé par les industriels pour vendre leurs produits. Nous saluons la démarche de tous ceux qui s’engagent pour des causes plus importantes qu’uniquement financière.

Diverses nouvelles formes de packaging

Le packaging comestible n’est pas la seule solution, le packaging réutilisable est aussi en expansion. Un emballage qu’on achète avec le produit, on peut se servir de nouveau pour une tout autre utilisation. On peut ainsi le réutiliser de multiples fois ! Explication en image et vidéo :

  • La boite à chaussure de puma qui se transforme en sac biodégradable :

  • Une boite à œuf d’un genre assez naturel :

boite-oeuf-naturel-écologique

  • L’abat-jour packaging de lui-même :

lampe-écologique-packaging

  • Mr Propre nous propose des exercices de musculation en compléments de son produit :

propre-utilisation-écologique

  • Un emballage de bouteille pour protéger nos CD :

bouteille-écologique-emballage
Et vous, packaging mangeable, packaging réutilisable ou packaging traditionnel… Vous pensez quoi de tout cela ? N’hésitez pas à nous faire part de votre avis dans les commentaires.

Next Post:
Previous Post:
This article was written by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>